Charlie Hebdo a publié des caricatures ne sera pas, désormais, le prophète Mohammed

Charlie Hebdo a publié des caricatures ne sera pas, désormais, le prophète Mohammed

La publication de satirique Charlie Hebdo, dont la rédaction a été décimée lors d'une attaque terroriste le 7 Janvier, ne publiera désormais des caricatures du prophète Mahomet, selon Laurent SOURISSEAU, rédacteur en chef et éditeur hebdomadaire français, informer washingtonpost.com.

« Je dessinais de Mahomet pour défendre le principe que nous pouvons tirer tout ce que nous voulons », a déclaré Laurent SOURISSEAU dans une interview avec le magazine allemand Stern.

Mais SOURISSEAU, qui est connu sous le pseudonyme Riss a également dit que l'intention du journal Charlie Hebdo ne devait pas être « possédé » en critiquant l'islam. « Les erreurs que vous pouvez blâmer l'islam se trouvent dans d'autres religions », a déclaré le concepteur.

Les récentes déclarations faites par SOURISSEAU viennent peu après l'un des créateurs qui ont fait les couvertures de best-seller hebdomadaire français a déclaré qu'il ne souhaitait plus faire des caricatures du prophète Mahomet. Ainsi, en Avril, Renald Luzier, connu sous le nom de Luz, a déclaré au magazine culturel français que « pas plus intéressé » pour dessiner le prophète Mahomet.

« Je suis fatigué de (pour le tirage du prophète Mahomet, non), comme je l'avais assez pour attirer Sarkozy (l'ancien président de la France Nicolas Sarkozy, Non). Je ne vais pas passer ma vie et leur silhouette « , a déclaré Luz.

Puis, en mai, Luzier a annoncé son départ imminent de Charlie Hebdo, en faisant valoir la fatigue et le surmenage. En outre, le caricaturiste dit qui est une « torture » à travailler avec des amis et collègues tués dans l'attaque.

Le 7 Janvier, deux militants islamistes ont pris d'assaut le journal hebdomadaire français Charlie Hebdo, et l'attentat terroriste ont fait 12 victimes et horrifié le monde. Selon une déclaration faite après que les représentants de la branche d'Al-Qaïda au Yémen, qui ont revendiqué la responsabilité de l'attaque, les journalistes français ont été punis pour avoir raillé l'image de la caricature du prophète Mahomet.

Après l'attaque de Charlie Hebdo, journal français a été au centre d'un débat mondial sur la liberté d'expression. Des millions de personnes dans le monde qui, avant l'attaque, ne pas acheter un certain nombre de satire hebdomadaire, ont adopté le slogan « Je suis Charlie », montrant ainsi leur solidarité avec les victimes de l'attaque.

Le premier numéro du magazine est apparu après l'attaque, qui a publié sur sa première page une caricature du prophète Mahomet en pleurant et le message « Tout est pardonné », a été vendu à des millions d'exemplaires. En règle générale, la circulation moyenne du magazine français était d'environ 50 000 enfants.

Charlie Hebdo est actuellement détenue à 40% des parents de Charb, ancien directeur du magazine, qui a été tué dans l'attaque terroriste du 7 Janvier à 40% du concepteur Laurent SOURISSEAU pseudonyme connu Riss, tir à l'épaule pendant cette attaque, est devenu le nouveau directeur de l'hebdomadaire, et 20% par Eric Portheault co-administré.

Avant l'attaque terroriste a fait 12 victimes équipe éditoriale, hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, au bord de la faillite, a été vendue en 30.000 exemplaires. Depuis lors, l'hebdomadaire français a connu une augmentation spectaculaire des revenus - des dons et des abonnements - et son numéro du 14 Janvier appelé « nombre de survivants », a été vendu à 14 millions d'exemplaires. De nombreux employés du journal vivant alors sous la protection de la police en France.

0

Commentaires - 0

Sans commentaires

Ajouter un commentaire

smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile smile smile smile smile
smile smile smile smile
Caractères restants: 3000
captcha

Ajouter Article

title
text
Caractères restants: 5000